Stages de clown de théâtre à Paris et en province

"Si l'univers du clown est drôle et poétique, il y a néanmoins, tout un jeu profond et complexe entre le comédien et son clown.

Derrière ce personnage rêveur et émouvant, le comédien avance masqué, caché derrière son nez.

Pourtant le travail du clown est basé sur la sincérité de l'instant présent. Sans la sincérité du comédien derrière le nez, pas de clown crédible.

Cette dualité entre camouflage et authenticité est au cœur de la nature du clown et oblige la personne à se déplacer, à se dépasser… une expérience de conscience de soi fondatrice de plus de présence : à la scène comme à la ville.

Un exercice dont aucun apprenti comédien, ne devrait faire l'impasse."

© Gérard Gallego

LE FORMATEUR :

Gérard Gallego : Metteur en scène et formateur de théâtre depuis 25 ans.
A diriger des stages de clown aux conservatoires de Nantes et du Mans, École Charles Dullin, Centre Dramatique de Thionville etc.

Il forme également des professionnels du secteur social, artistique et sanitaire à la conduite d'ateliers théâtre. A ce jour, une cinquantaine de spectacles sont nés.

Ces projets se font en partenariat étroit avec les milieux associatifs, les collectivités territoriales, les institutions gouvernementales et l’Europe.

Gérard témoigne de ses expériences dans des colloques nationaux et internationaux (l’Unesco, l’ONU, La Villette, le Grand Palais, La Sorbonne, L’université de Manchester...)

 

LE LIEU :

La Charpente, est une magnifique résidence d'artiste de 400m² avec jardin et une salle de répétition de 150m² à la sono impeccable. (Photos ci-contre.)

La Charpente, 4 rue Charles Péguy - Amboise 37400.
Sur la place de la gare SNCF d'Amboise, desservie par la ligne Paris Austerlitz/Tours.

KARINE FILHOULAUD

journaliste, juin 2017
  • De la bienveillance, bien nécessaire en cours de clown (!), mais aussi de la surveillance... et précise, de ce que peut donner le clown, de ce qu’il n’ose pas, ou ne peut pas, ou ne veut pas livrer. Là Gérard agit, avec dynamisme.
    Il laisse aussi à l’histoire le temps de surgir, et, au clown, le rythme de la cultiver ensuite. Mais toujours vigilant, il intervient à propos.

    Avec ce stage, j’ai compris, appris et vécut… que demander de plus ?
    Ah si, la convivialité et la bonne humeur qui étaient bien au rendez-vous ! Merci et à bientôt, Gérard.

dates

 

  • nouvelles dates à venir

réservation

contact

Formateur Gérard Gallego
Tél. : 06 62 73 29 23
Courriel : gerardgallego@wanadoo.fr

TÉMOIGNAGES SUR LES STAGES DE CLOWN

Margot

août 2021
Je tenais à vous remercier pour ce stage de clown. J'ai appris énormément de choses et j'espère faire terreau des graines plantés durant ces 5 jours. C'est tellement compliqué d'expliquer le stage a son entourage lorsque l'on reviens ! Et de mettre des mots sur toute cette émotion. Moi j'ai surtout compris l'importance d'établir une relation saisissable entre le public et le clown et enfin l'absolue nécessité d'être à l'écoute de soi, face au vide, pour ensuite amplifier les évenements et émotions qui surviennent.

En étant pleinement ouvert au monde, et l'accueillir avec spontanéité, douceur, joie, humilité... Même que à force, moi je crois au fait que le clown est aussi la pour montrer et démontrer des choses. Merci pour votre écoute, et votre soutien.

Je garde précieusement ma boîte a nez maintenant !

Bonne soirée, Monsieur Gérard !

Leonore

septembre 2020
Quelle semaine ! J’ai été portée dès notre première séance car j’ai eu une piste de personnage : le clown trash. Ensuite, j’ai bien profité des exercices sur la voix qui est un outil précieux. Je retiens aussi l’importance d’être consciente du positionnement de mon corps et de mes déplacements. Enfin, je commence à intégrer la nécessité de transmettre des sentiments,des émotions.
Le chemin est encore long mais je repars de ce stage avec encore plus d’envie pour continuer. Je me suis sentie soutenue par un groupe accueillant dans lequel chacun apportait positivement ses ressentis.

Karine

septembre 2020
Après un cours et quelques stages de clown – jamais plus de deux jours, sait-on jamais ce qui pourrait arriver ! j’ai fini par me lancer : cinq jours avec Gérard Gallego, fin août ! Rien que ça ! Oulala… Qu’allait-il se passer ? Eh bien, eh bien, eh bien… De la bienveillance toujours, de la convivialité encore, du jeu joyeux fort heureusement, de l’efficacité aussi bien sûr. Le tout mené par un Gérard plus exigeant, plus méticuleux, plus insistant que lors des week-ends à l’approche sans doute plus initiatique du clown… Le tout pour que nos clowns, par les interstices de nos personnalités, puissent enfin se faufiler… et finalement parader au grand jour ! ;-).
Merci à toi Gérard et à mes partenaires du stage d’août 2020 !

Nicolas

septembre 2020
J’ai encore du mal à redescendre sur terre depuis le stage. J’ai découvert que j’aime beaucoup jouer et je n’ai qu’une envie, c’est de recommencer. Je pense que tu as su me faire prendre le bon chemin pour mon clown, ce qui n’aurait pas forcément été le cas avec quelqu’un d’autre. Et je vais revoir mon projet avec ces nouvelles données. Le groupe était aussi très sympathique, ouvert et intéressant. De les regarder jouer m’a également appris beaucoup.
Je retiens donc : le sourire, être dans l’instant, la règle des trois secondes, la règle du oui, le mouvement par segments et selon des plans, mais surtout le fait que j’ai une furieuse envie d’en apprendre plus. Je me suis inscrit à des cours de théâtre pour cette année et j’ai hâte que ça commence. J’ai regardé pour d’autres stages de clown en cours d’année, mais tout est loin : Bordeaux, Toulouse, le plus proche est Paris, peut-être un gars dans le Morbihan. As-tu des conseils à me donner, des gens vers lesquels m’orienter ? Merci à toi. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir. Je réserve une place pour l’an prochain au cas où…

Clémence

octobre 2020
Un stage de clown avec Gérard à la Charpente, c’est un cadeau que je m’offre cet été. Pour retrouver mon sens de l’humour, pour m’exercer à jouer, pour rigoler !
C’est délicat, sensible, prudent, et hop les nez et débauche d’énergie, d’urgence, de désir. Et rater rater rater et savourer les passages des autres, rire à ne plus savoir comment tenir sur ma chaise. Et entendre chacun parler de son rapport au jeu. Il y a un bel espace pour ça, pour parler, dire ce qui nous touche, s’interroger sur un rythme, une voix, une situation, s’interroger sur notre rapport aux autres, au monde. Et aussi passer directement à l’action au plateau, et sortir tout de suite, et enchaîner, y retourner, sortir encore, éprouver ce que c’est que rater, recommencer, rater mieux ? essayer encore…
Faire un stage de clown avec Gérard à la Charpente, c’est me ressourcer, rencontrer des gens généreux, attentifs, singuliers… et drôles.

Isabelle

novembre 2019
Trois jours très intéressants et intenses, avec une approche en profondeur et intime du personnage clown. Beaucoup de plaisir à jouer mais aussi à regarder les autres clowns.
Gérard Gallego nous guide avec bienveillance et rigueur, et beaucoup d'écoute personnalisée.
Ah bon, un stage clown avec Gérard ! Y aurait beaucoup à en dire...
Succinctement :
Sincérité, sensibilité, justesse, énergie, subtilité, profondeur, tendresse, sagacité, altérité, plaisir, vie, humanité, individualité, folie, partage, intimité, psychologie, accompagnement, dépassement, créativité, simplicité, persévérance, rencontre, diversité, complémentarité, complexité, générosité, authenticité...
Et ce n’est pas « too much. »

Vinciane

septembre 2019

Corinne

Nantes, septembre 2019
Je ne savais pas ce qui se passerait pendant ce premier stage ; c'est comme avoir envie d'ouvrir une porte sur une pièce nouvelle mais on ne sait pas trop ce qu'il y a derrière, et en même temps on meurt d'envie de voir. Et ce que j'ai vu, entendu, touché, goûté, dépasse de très loin ce que j'imaginais.
Le clown est libre, fou, sensible, joyeux, déterminé et erratique, mutique et volubile, un papillon ivre avec un nez rouge.
Et le nez, le nez ! C'est une découverte essentielle, le nez ; au début de la semaine, c'était un objet bizarre, extérieur ; enfin, aux premiers moments, quand je ne l'avais pas encore mis, quand je savais que très bientôt je le mettrais sans savoir ce qui se passerait ; et très vite, il est devenu une part de moi, presque je pourrais dire il était devenu moi ou j'étais devenue lui ; à la fin de la semaine, j'avais besoin de m'assurer que je l'avais bien autour du cou avant de commencer un exercice ou une improvisation ; c'est mon nez qui fait naître mon clown, c'est mon nez qui lui autorise les audaces et les transgressions, à mon clown.
Et ce mot de transgression que tu as employé le premier jour : je vais vous virer mais vous pouvez vous rebeller, vous pouvez transgresser, as-tu dit. J'ai senti que c'était le moteur, la transgression, et que précisément, dans ta manière de nous enseigner, de nous provoquer, de dialoguer avec nous, de nous interpeller, de nous virer, "au revoir !" c'était une invite à la transgression; j'ai entendu dans "au revoir !" " montrez-nous que vous voulez rester, montrez-nous que vous avez envie, montrez-nous !"
Un autre mot fondamental pour moi, c'est la confiance. J'ai eu toute confiance en toi, mais alors, une confiance absolue. Ton humanité, ta sensibilité, ton regard, ta disponibilité, ta force, ta générosité indéfectibles pour chacun d'entre nous, tout au long de cette semaine, sont un présent inestimable. On a parlé de l'intimité, on en a tellement parlé : c'est ta manière d'être avec nous qui nous a permis, à tous, aussi différents que nous étions, d'être intimes en public, sur le plateau, chose la plus merveilleuse pour un comédien. Où les mots de Beckett "Peu importe. Essaie encore. Échoue encore. Échoue mieux." ont pris tout leur sens, optimiste et joyeux.
Merci Gérard Gallego. Il y a des rencontres importantes dans la vie, eh ben voilà: t'avoir rencontré en est une, et sacrément.

Bertrand Manzano

Stage à Amboise, juillet 2017
Même plusieurs jours après, après être sorti de la bulle, après être revenu dans une autre forme de réalité et de quotidien, il n'est pas facile de poser des mots sur ce que l'on a vécu sous cette Charpente.
Gérard nous emmène avec toute son énergie à rechercher en nous cet hôte que l'on nomme clown.
Il nous annonce d'entrée de jeu qu'il est possible de repartir sans l'apercevoir, sans trouver trace de lui. Alors, on gratte, on fouille, on fait émerger du matériel que l'on garde pour plus tard ou que l'on relâche aussitôt.
Gérard en maître de cérémonie a su (une fois de plus) créer un groupe hétérogène dans une ambiance conviviale de travail.

Être logé tous ensemble nous a permis de rapidement nous rencontrer, de manière à faire se rencontrer nos clowns sur le plateau.
Si bien que le dernier jour, il nous a fallu dire au revoir non pas à dix mais bien à vingt personnes.
Arrivé à Amboise face à un grand vide, je repars avec cette impression d'être à l'entrée d'un immense parc d'attraction à découvrir avec un nouveau compagnon.
Je ne sais pas si j'ai trouvé mon clown mais, à l'instar d'Alice j'ai suivi le Lapin Blanc et il reste un monde à explorer, à construire.

Je cherchais une nouvelle expérience théâtrale, une mise en danger, une réflexion, j'ai trouvé tout cela et bien plus durant cette semaine de stage.
Un grand merci à toute la troupe, un très grand merci à Gérard. A très bientôt tout le monde, avec ou sans nez.

Hervé J.

Stage à Amboise, octobre 2017
C'était un plaisir ton stage et une découverte pour moi cette discipline, ce monde du clown. C'est révélateur pour soi-même. Découverte aussi de chaque participant et comme il en va avec le théâtre je suis toujours étonné par tout le potentiel et par tout ce que les gens sont capables d'exprimer, de faire sortir d'eux même, et j'ai vraiment l'impression d'assister à spectacle toujours nouveau en les regardant. Et puis c'était vraiment drôle par moment !
il se pourrait bien que je remette ca !

Je suis ravi d'avoir fait ta connaissance.

Emilie Marchoux

juin 2017
Chausser le nez.... et se laisser guider...
Partager, Regarder, Écouter, Vibrer...
Grandir sur scène, ouvrir les portes de la Conscience et du lâché prise,
Voir les Clowns se dessiner, s'éveiller... et s'en émerveiller...
Vivre : Pleinement, Goulument, intensément...
Être là, ici à " l'instant présent"...encadré par la Bienveillance de Gérard, qui orchestre ce bonheur des êtres, des âmes qui se rencontrent et qui s'imbibent une à une.

Une Expérience dont on ne se lasse pas, une aventure au cœur de soi et des autres...
Du Bonheur à RESPIRER à VIVRE.
Merci pour ces 11 premières heures de Clown dans ma vie !
Ce ne seront pas les dernières j’en suis convaincue ou presque car rien n’est jamais fixé dans un sens comme dans l’autre.
Mais en tout cas voilà longtemps que j’avais envie de me « frotter » à cet univers et je suis ravie de l’avoir fait dans ces conditions : jolies, confortables, bouleversantes, déstabilisantes, enrichissantes, épuisantes….
C’était super ! Oui je sais je sors !

Ly Choun

pratiquante amatrice, février 2017

Léa Levasseur

Conservatoire du Mans, janvier 2016
Ce stage a été formidable. Dans le sens littéral du terme.

Le Clown n’était pas, pour moi, une évidence. Je ne me suis jamais considérée avec un potentiel comique, d’abord.
Ensuite, évoluant généralement avec un jeu « technique » appréhender le Clown fût une véritable épreuve pour moi, je devais tout remettre en question et accepter d’être là, avec une sincérité la plus pure.

Il s’est vraiment passé quelque chose en moi pendant et à l’issu de ce stage. Je sais/sens qu’il sera déterminant pour ma poursuite artistique/professionnelle. J’ai découvert un lâcher prise. J’ai re-découvert les sensations qu’apportent l’ouverture et la sincérité au Théâtre. L’Autre. La générosité. Le Temps Présent.

Si je ne fais pas du Clown ma discipline de prédilection, cela restera comme une expérience forte, intense et pure. Une fondation.
Merci, réellement, d’avoir été là.
Si je devais choisir Un mot pour ce stage, ce ne serait pas Sincérité, ou Partage mais Humanité. Bel et bien.

Je pourrais encore m’épancher quelques pages durant, mais point trop n’en faut, restons concis.
Merci encore. Merci infiniment.
HAUT