La générale

Depuis que je suis venue assister à la générale de Ils pensent, je suis, au mois de juillet dernier, je n'ai pas oublié cette expérience, elle me revient souvent en mémoire. Je regrette un peu de ne pas avoir trouvé l'occasion de venir vous parler après la représentation mais vous étiez beaucoup sollicité alors je n'ai pas osé et puis j'étais émue de ce que je venais de voir.

Peut-être que si j'étais venue vous rencontré j'aurais dit quelque chose comme ça :

Ce spectacle m'a montré que la relation d'aide produit du jeu théâtral, et je suis sensible au théâtre qui se révèle être un soutien et un guide vers la présence à soi et aux autres.

Je pense souvent à cet espace intermédiaire que vous avez su rendre visible, cet espace de jeu (en miroir) entre interprètes et interprétés qui offrait aux personnes dites "à handicap psychique" un riche terrain d'expression et d'inter-action, c'était un peu pour moi comme si je découvrais une nouvelle langue (de l'ordre de l'écho, et de la variation) au delà des difficultés d'énonciation.

Durant tout le spectacle, l'omniprésence de cette inter-relation créative, ainsi que la qualité du cadre de jeu qui se réaménageait sans cesse pour accueillir les présences de chaque personne, véhiculaient des instants singuliers, des témoignages personnels, des jeux collectifs, des rencontres dépassant les limites de l'espace scénique.

Comme ce travail engagé m'a beaucoup marqué, et si la création de spectacles avec des personnes en situation d'handicap continue cette année le lundi soir, je souhaitais vous demander si vous accepteriez la présence d'une observatrice discrète.

© Fanny Sabucco, 2014

HAUT